Leedh E2 Glass : Génèse et premiers retours   Mise à jour récente !


Mon histoire avec Leedh et Gilles remonte maintenant à quelques années quand je recherchais un caisson pour mes Egglestonworks Fontaine Signature (EGW). Lors de l’écoute du caisson à domicile, Gilles avait apporté les E2 Carbone. Après avoir passé une demi-journée à régler le caisson avec les Egglestonworks et surtout un bon repas avec vue sur le massif de Belledonne, nous avons branché les E2 Carbone. D’entrée cela a été un choc. En effet ma pièce est compliquée en termes de placement d’enceintes, les EGW y répondaient plutôt bien sauf en termes de basses d’où la présence du caisson.

Ces E2 Carbone de par leur peu d’interaction avec la salle (positionnées à moins de 5cm d’un mur latéral) ont apporté de la scène en largeur et profondeur avec une qualité de basses que je n’avais pas encore eu dans la pièce. En résumé, le mouvement vers le système Leedh c’est fait par :

  • Achat de cables HP Leedh
  • Achat de Leedh E2 Carbone
  • Achat du Caisson Leedh 20.1

Par la suite, j’ai eu la chance d’entendre dans les premiers les protos E2 Glass de Gilles lors de la livraison du caisson. Comme pour les E2 Carbone, le choc a été assez équivalent. Les E2 Glass apportent plus de présence dans les basses, plus de résolution dans le médium. Je dirais que le seul registre qui n’a pas vraiment évolué étaient les aigues : je les trouvais en retrait par rapport à l’Esotar de Dynaudio des EGW. L’évolution me paraissait suffisamment intéressante pour m’engager sur cette évolution. Engagement pris donc en septembre 2016.

Par la suite, les enceintes sont parties (le premières) en upgrade vers la mi-octobre 2016 mais compte-tenu des problématiques rencontrées sur l’industrialisation, la mise à jour a été reportée. Finalement les E2 Glass arrivent en février 2017 avec des membranes glass sur tous les HP sauf le tweeter qui est le plus compliqué à produire. Après quelques heures de rodage on retrouve ce qui m’avait marqué avec les E2 Glass de démo : basses plus présentes, plus de détails dans les medium et les basses, meilleures dynamiques et l’impression que les attaques sont plus franches. La seule limitation vient du medium et haut medium qui ont tendance à trainer et  « chuinter ». Je dois dire que c’est assez pénible sur les voix. Gilles et moi avons attendu la fin du rodage afin de s’assurer que ce n’était pas un phénomène transitoire lié à la mise en place du système. Après quelques semaines nous sommes arrivés à la conclusion qu’il y avait encore un peu de travail quant à l’intégration des membranes « Glass » à la fois sur le process d’obtention mais également sur les filtres.

Entre Février et Juillet 2017, Gilles a continué à travailler sur l’obtention des membranes de manière à fiabiliser le process, notamment sur les épaisseurs mais apparemment sur les filtres mais sur ce dernier point je n’ai pas d’informations. En juin 2017, Gilles récupère mes E2 partiellement « Glass » pour la mise à jour et l’upgrade demandant plus de temps que prévu, Gilles m’a gentiment prêté ses « E2 Glass Proto » jusqu’en octobre. A cette date, Gilles me ramène les enceintes parfaitement optimisées avec toutes les membranes reprises, le tweeter changé et apparemment du travail sur les filtres.

J’ai oublié de mentionner que pendant la période où j’hébergeais les « E2 Glass Proto », mon installation a évolué. Mon amplification à base d’ASR Emitter 2 Blue Exclusive a été remplacée par un Ypsilon PHAETHON. Cette évolution, car on peut parler d’évolution, a permis d’améliorer notamment la tenue des « E2 Glass Proto » : basses plus profondes et résolues, meilleure dynamique, attaques et rythme plus développé qu’avec l’ASR. La preuve que tout n’est pas histoire de puissance sur le papier puisque le Phaethon affiche 110W sous 8ohm vs 250 a minima sur l’Emitter 2.

Au final, que peut-on dire de ces E2 Glass dernière version avec l’Ypsilon PHAETHON en comparaison des « E2 Carbone » et « E2 Glass Proto »  :

  • La dynamique est améliorée. Finalement ces membranes verre permettent-elles d’ajuster le rendement un peu plus haut ?
  • Les basses sont renforcées et plus résolues
  • Les timbres sont également améliorés : plus vrai ?
  • Les attaques de notes sont plus franches, le « foot taping » est bien plus présent.
  • La vraie amélioration vient du haut médium et des aigues avec des registres plus harmonieux, meilleure intégration et finalement un tweeter qui se rapproche de l’Esotar de Dynaudio des EGW : fluide, filant, non agressif et avec beaucoup de nuances.

 

J’ai beaucoup insisté sur les basses car chez moi cela est flagrant. Peut-on se passer d’un caisson ? Certains diront que oui en travaillant sur le passif et le placement ce que je crois aisément. Pour ma part, le caisson n’est pas uniquement une solution quant à obtenir des basses fréquences mais surtout une solution pour ouvrir la scène et prolonger les notes.

En résumé, les E2 Glass sont une superbe évolution et une démonstration du savoir-faire de Leedh. Gilles a prêté une attention particulière à l’intégration au travers des différents tests qu’il a pu faire chez lui mais également sur des systèmes de particulier.

Je suppose que maintenant que les process industriels sont en place, la production de E2 Glass et les update devraient accélérer.

 

2387total visits,2visits today

Laissez un commentaire