Evolution de mon serveur : carte réseau “Hifi” et mode bridge ethernet sous Fedora et audio-linux 7


Après avoir testé quelques appareils tels que Etalon Isolator, Giso Lan Isolator ou plus récemment des switchs ethernet + Clock Paul Pang, je me suis demandé s’il ne fallait pas traiter ce sujet de réseau dans le serveur lui-même. Dans ce sens, je me suis procuré une carte ethernet NET CARD FEMTO de chez JCAT.

Afin de pouvoir la mettre en oeuvre, et notamment l’utiliser en mode bridge (comme je l’avais proposé sur un NAS QNAP ici), c’est à dire avoir un lecteur réseau directement branché au serveur sans passer par un switch, je dois faire évoluer mon serveur dont vous retrouverez le descriptif ici. Je dois passer du boitier H1S.V2 de HDPLEX au H3 V2. Ce dernier, plus haut permet de positionner la carte JCAT sur sa hauteur (Low Profile). Dans le même temps, j’ai changé la mémoire pour passer sur 32Go avec pour ambition dans le futur de tester la distribution Audio-Linux avec chargement en RAM. Une fois la carte installée dans le nouveau boitier HDPLEX H3 V2, j’alimente le serveur en 19V à partir d’une alimentation HDPLEX 400W mais également la carte ethernet JCAT en 5V, toujours à partir de la même alimentation HDPLEX.

Toujours sous FEDORA 29, il faut maintenant paramétrer cette carte afin qu’elle puisse fonctionner en mode bridge. A noter que les LED des prises RJ45 ne fonctionnent pas, ce qui est certainement un bien par rapport aux pollutions qui pourraient en émaner, mais qui est déstabilisant quand on cherche à savoir rapidement si la carte fonctionne. Un tour rapide sur Fedora avec la commande “ifconfig” permet de vérifier que les deux ports sont bien reconnus sous cette distribution. Je profite également d’un petit tour dans le bios pour m’assurer que les ports ethernet et le wifi sont bien désactivés.

Suite à cette première prise en main, il faut maintenant “rentrer dans le dur” et paramétrer le mode bridge. Voici le descriptif en quelques étapes.

Premièrement il faut repérer les 2 ports ethernet associés à la carte JCAT. Chez moi, il s’agit de enp1s0f0 et enp1s0f1. Notez également les adresses MAC (entourées en rouge), qui seront utiles par la suite. Ce qui est décrit par la suite est une solution persistante de mode bridge.

Il faut donc commencer par créer un fichier de configuration pour l’interface bridge que l’on nommera br0. Pour cela il faut créer le fichier ifcfg-br0 par la commande suivante :

nano /etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-br0

Il faut ensuite coller dans le fichier le contenu suivant en remplaçant l’adresse IP par celle de votre serveur. Chez moi, le routeur est en DHCP avec un bail sur l’adresse du serveur :

DEVICE=br0

TYPE=Bridge

IPADDR=192.168.1.xxx

NETMASK=255.255.255.0

ONBOOT=yes

BOOTPROTO=dhcp

PEERROUTES=yes

DEFROUTE=yes

Vous pouvez fermer le fichier et le sauvegarder. Il faut maintenant modifier le fichier de configuration des interfaces enp1s0f0 et enp1s0f1 de la même façon en remplaçant l’adresse MAC par l’adresse réelle repérée au-dessus via la commande ifconfig :

nano /etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-enp1s0f0

et

DEVICE=enp1s0f0

TYPE=Ethernet

HWADDR=AA:BB:CC:DD:EE:FF

BOOTPROTO=none

ONBOOT=yes

BRIDGE=br0

Procéder de même pour l’interface enp1s0f1.

Un simple reboot devrait vous permettre d’avoir un bridge fonctionnel sur cette carte sous Fedora.

Maintenant que la partie software est finalisée, on va laisser la carte JCAT se rôder et revenir d’ici quelques jours avec les retours d’écoutes notamment en face d’une solution Paul Pang Switch + Clock.

En attendant que la carte se rôde, j’ai installé, non sans mal, audiolinux headless 1.0. Non sans mal car le script de montage de disques durs locaux ne fonctionne pas et le paramétrage automatique du Network Bridge n’est pas optimal. Donc j’ai mis les mains dans le cambouis et maintenant ça fonctionne aux petits oignons. J’ai booté sur une clé usb et j’ai chargé en RAM l’OS. Après 5 bonnes minutes de chargement le système devient opérationnel et c’est une claque en terme d’experience utilisateur : l’affichage de Roon sur la tablette ou un pc devient quasiment instantané, quasiment plus aucun lag. Quelle joie. La vraie question maintenant est de savoir si cela apporte quelque chose sur la qualité sonore.

A suivre …

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Sorry that something went wrong, repeat again!

7commentaires

des plus récents
Meilleur des plus récents des plus anciens
1

Après quelques semaines d’écoutes, le verdict est sans appel entre audiolinux monté en RAM et audiolinux sur clé USB. Le mode RAM apporte un accroissement de dynamique qui est immédiatement identifiable et sans aucune ambiguïté.

J’ai pu écouter également Audiolinux monté en RAM avec un mode bridge sur une carte Supermicro équipée d’un CPU Xeon et 16Mo de RAM ECC mais sans refroidissement massif, en parallèle de mon serveur actuel. Et bien là encore c’est un sacré bon en avant. L’apport de Audiolinux en RAM et du mode bridge des interfaces réseaux standard (pas de carte JCAT) est indéniable mais cette configuration apporte plus de fluidité, de séparation des instruments dans des restitutions denses, plus d’aeration que ma configuration actuelle.

Est ce que cela vient de la carte Supermicro (carte plus professionnelle que celle des Innuos Zénith mais qui fonctionne superbement bien) , du Xeon, de la RAM, d’une alimentation en 12V plutôt que 19V…à suivre

2

Bonjour,

Je m’apprete à constituer mon serveur Roon sur base de HDPlex, et dans ta configuration avec Chipset Gigabyte, j’ai vu que la carte mère était muni de deux ports ethernet; Le choix de la carte Net Card Femto ( plus de 400 € quand même ) est basé sur ses qualité audiophile ? Le mode Bridge ne peut il pas se faire directement à partir de la carte mère ?

3

Bonjour Bruno, tu as entièrement raison, le mode bridge’ peut être fait à partir des deux ports de la carte mère que j’avais sélectionné. Je le ferai certainement pour comprendre l’apport de cette carte additionnelle JCAT. En attendant, les premiers retours montrent que la solution jcat bridgée est supérieure à la jcat non bridgée et à un routeur standard non modifié. Les écarts se situent notamment dans la dynamique améliorée, et une plus grand fluidité. J’en dirai quelques mots d’ici quelques semaines, le temps de faire la synthèse.

Après faut il utiliser une carte à 400€ pour un serveur et un bridge alors qu’au début elle était prévue pour être mise dans un pc faisant serveur et player…

4

Mise à jour de l’article suite à la mise en place de Audiolinux 1.0 headless en RAM.

5

Bonjour,
Pourrais tu indiquer comment tu as contourné le pb du montage des disques dur locaux et de paramétrage du bridge sous audiolinux STP.
merci
Renan

6

Bonjour, en premier lieu je dois dire que depuis la version 1.1, et on en est à la version 1.3, je n’ai plus eu de problèmes avec les scripts à la fois de montage de lecteurs réseaux et lecteurs locaux mais également du bridge. Tout fonctionne à merveille.

Cependant on peut trouver des informations pour le montage de lecteurs en manuel ici (https://www.audio-linux.com/html/mount.html) et pour le mode bridge ici (https://www.audio-linux.com/html/bridge.html).

Slts